dimanche 22 novembre 2009

mercredi 11 novembre 2009

Le retour du blanc






En attendant la suite des aventures indonésiennes, j'ai repris du service pour strater ma petite 7' qui traînait dans l'atelier depuis quelques temps.
Au programme, résine teintée blanche, pour la suite on verra !

Et après le travail, la récompense :

dimanche 1 novembre 2009

Bali surfing experience

Voici ma petite expérience surfistique balinaise, en quelques photos. Je ne suis resté que 8 jours pour goûter aux vagues indonésiennes et c'est court, trop court... S'habituer à la taille, au reef, aux nouveaux spots et surtout au monde et au niveau élevé, cela demande bien une bonne semaine. Cela n'a pas empêcher d'apprécier ces sessions, marcher sur le reef à Impossible en regardant les poissons, le voir défiler sous la planche sur les gauches d'Uluwatu, voir dérouler des vagues de magazine et de se dire que le "world class" et bien ce n'est pas facile facile...

Uluwatu, racetrack
Marée basse, 1m20, 70 personnes au pic et première session... bilan : une chute sur la première vague chaud chaud, et seconde vague sympa. Mais quelle frustration....




Impossible
Bingin, trop surchargée à mon goût, j'ai préféré surfer Impossible assez souvent. Vague facile, qui devient intéressante avec de la taille. Deux heures de surf de 6h à 8h du matin, puis le petit déjeuner dans les warungs surplombant les spots auront été des moments vraiment agréables....

Je retiendrai deux "événements"... Le premier, un matin, plan d'eau glassy, de belles gauches d'1m50 déroulent assez longuement. La houle rentre et grossie, mais la session reste facile et sans trop de monde. Sur une gauche, je me fait manger en fin de vague et secouer un peu. Mon chausson de reef s'enlève et mon talon effleure le corail. Jolie petite coupure, ça pique et saigne bien alors que je n'ai presque pas touché!!! je récupère le chausson qui remonte à 10 m de là et sors prendre mon petit déjeuner....
Le second fait marquant sera au moment où cette houle touchera pleinement l'ïle, le lendemain matin. Les séries semblent costaud, plan d'eau parfait, et très peu de monde. Après la mise à l'eau et ayant rejoint le line up, une première série arrive. C'est assez gros, dans les 2m, mais ça passe, bien qu'en 6'1" je risque d'être court.... Arrive ensuite une "vraie" série.... je suis bien placé pour prendre la première, la plus petite. Les autres derrières sont beaucoup plus grosses. Je me lance pour une bonne gauche en tentant de contrôler la vitesse sur cette planche beaucoup trop courte, avant de manger le reste de la série. Tout le monde déguste, et tout le monde se retrouve décalé à 300 m de là, presque sur Bingin ! Nous mettrons 1/2h, sans séries, avant de rejoindre la zone dans le courant et la mousse.
A peine posés, une seconde série énorme se pointe. Un australien bien placé se lance sur une gauche faisant plus de 2 fois sa taille, une vision hallucinante de perfection... alors que malgré le décalage, je me prépare à recevoir une seconde correction. Trop gros trop violent pour moi et 2/3 autres gars qui sortons après cette série, dans le jus en essayant de ne pas se faire trainer sur le récif où le courant, dans peu d'eau est vraiment fort....
Green Ball
Spot vraiment sauvage, autant pour le cadre que pour les vagues. Ce jour là la houle était en forte hausse, de bien grosses séries arrivaient et décalaient, du courant... les quelques gars à l'eau ont bien souffert. (Plus à voir en vidéo, un de ces jours....)

Quelque part sur la côte est...

Et oui, bien gros à l'ouest.... et aussi super costaud de l'autre côté, mais quelle session... reef tranquille, eau limpide. Les photos ne rendent pas grâce à la puissance et ont été prise plus tard dans la matinée alors que la houle baissait bien. Encore une fois, une session de magazine, avec des tubes qui claquent violemment, une planche cassée et des australiens qui chargent. Et encore une fois, trop court avec ma 6'1"...






mardi 13 octobre 2009

Prise de contact

Bali n'est pas Bali.... qu'on se le dise, surfer des vagues de magazine n'est pas donné à tout le monde et la qualité papier glacée sous un soleil radieux et une eau chaude n'est jamais garantie, même sur une telle destination. Mais pour le surf, je m'y attarderai dans le billet suivant.

Fin septembre est sensé marquer la fin de la saison sèche, avec quelques grosses averses de fin de journée ou nocturnes. Finalement, ce seront 4 jours pleins de ciel couvert sans aucun rayon de soleil qui nous accueilleront en ce début de séjour, avec en prime le crachin breton en compagnon. Même pas une grosse pluie tropicale bien chaude.... Dur, dur lorsque l'on ne veut croire que l'on aura de la vitamine D à profusion pour soigner notre stress d'occidental.

Le ramadan se termine et l'Idul Fitri est l'occasion pour les musulmans des îles voisines de venir passer des vacances à Bali... du coup, sans réservation, nous passeront 2h30 à arpenter Legian pour trouver une chambre dans un losmen pas trop cher et libre.
Après 2 jours de prise de contact, l'agitation inscencée de ce secteur nous poussera à aller du côté d'Ubud, après bien entendu avoir testé les vagues de Legian. A oublier pour le coup, mauvais timing entre marée et vent.

Finalement, ce sera sur Ubud que nous goûteront à l'accueil balinais et aux premières visites véritablement dépaysantes. Il ne manquera que le soleil, mais déjà notre rythme se ralenti, et l'on commence à goûter aux plats indonésiens servis dans les warungs.


On passe enfin en revu les temples, danses balinaises du Barong, Legong, et les singes bien entendu....


Le "miracle" se produira au moment où l'on pensait que nos vacances se passeraient sous les nuages, sans pouvoir s'entendre dire au retour "ah, mais qu'est-ce que vous êtes bronzés, vous avez du passer de bonnes vacances !"....


Nous passons cette journée conduits par notre hôte, entre temples et rizières, sous les nuages voire le brouillard, et l'on se dit qu'aller voir le volcan et le lac Batur ne vont servir à rien. Que neni, nous aurons bien fait d'aller voir puisque qu'au sommet de la crête un paysage dégagé et un soleil magnifique dévoilent un décors de carte postale. Enfin ! soulagement et baume au coeur que de voir cette boule jaune briller pendant que l'on mange un poisson grillé du lac dans un warung surplombant le panorama.

La journée suivante sera plus clémente et sera également celle qui doit nous mener vers les spots de surf bénis des dieux de la péninsule du Bukit. Pour cela, je loue une voiture... Susuki Jimny, déglinguée pour 8 jour et qui aura le mérite de ne pas tomber en panne ou se désosser... Prix défiant toute concurance, 800 000 Rp (moins de 7 euros/jour). Et quelle expérience la conduite à Bali ! Prendre contact avec les commandes inversées, qui en plus ne répondent pas forcément au quart de tour... règles de conduites totalement différentes (oui il y a des règles), et une quantité de deux roues qui déboulent de tous les côtés hallucinante ! Bref, tout se passera bien, tout le monde faisant attention à l'autre en utilisant le klaxon à bon escient et le tout sans jamais s'énerver. Impressionnant.
Nous arriveront entre Padang-Padang et Impossible, sous le soleil et la chaleur enfin retrouvés. Logement "typique" en nattes, bois et pilotis, océan superbe, faible houle et léger vent... non, finalement les magazines ne nous ont pas mentis....



dimanche 11 octobre 2009

Teaser

Voilà, comme beaucoup de surfeurs j'ai réalisé mon voyage initiatique en Indonésie. 3 semaines de découvertes, de rencontres et surtout pas tant que ça de surf, mais d'autres choses toutes aussi fortes que je vais essayer de partager ici, petit à petit, au fil des souvenirs qui pour l'instant se bousculent.
On ne revient jamais le même après un voyage, et là encore la richesse de ce pays et de ces habitants que je n'ai fait qu'effleurer m'a profondément marqué. J'espère qu'au travers des photos et de ces récits je saurai retranscrire tout cela.
En attendant voilà un petit aperçu...